QU’EST CE QUE L’AROMATHÉRAPHIE?
L'aromathérapie désigne l'usage thérapeutique des huiles essentielles. Le terme est employé pour la première fois au début du XXème siècle par le chimiste René-Maurice Gattefossé, considéré comme l’un des fondateurs de l’aromathérapie moderne. Depuis, les huiles essentielles ont fait l'objet de nombreuses recherches scientifique, portant le plus souvent sur les propriétés anti-bactériennes, anti-virales et anti-septiques de leurs composants. Elles sont de plus en plus employées en milieu hospitalier en Europe (Belgique, Allemagne, Suisse, France...), pour réduire certains effets secondaires des traitements allopathiques et améliorer le bien être des patients. Malgré l’intérêt croissant du corps médical, la plupart des traitements à base d’huiles essentielles reconnus en aromathérapie n’ont pas fait l’objet d’études cliniques permettant de démontrer leur efficacité.

En France, la production, la vente et l'utilisation thérapeutique des huiles essentielles sont peu réglementées. L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (organe en charge de réguler la mise sur le marché des médicaments) a émis des recommandations concernant les critères de qualité d'une huile essentielle à usage thérapeutique, et établit deux listes de plantes médicinales admises à la Pharmacopée Française. La liste A contient les plantes médicinales dont l’usage traditionnel est reconnu et qui ne présentent pas de danger connus pour la consommation, tandis que la liste B contient les plantes médicinales dont les effets indésirables potentiels sont supérieurs aux effets bénéfiques recherchés. Quinze huiles essentielles sont en vente exclusivement en pharmacie en raison de leurs propriétés neurotoxiques, irritantes, phototoxiques ou cancérigènes.

Il n’existe actuellement aucun diplôme reconnu par l’Etat pour exercer en tant qu’aromathérapeute. Néanmoins, un certain nombre de Diplômes Universitaires en aromathérapie sont accessibles aux professionnels de la santé. De nombreuses écoles privées proposent également des formations en aromathérapie de quelques dizaines d'heure à plusieurs années, mais celles-ci ne sont pas reconnues par l'Etat.
QU'EST CE QU'UNE HUILE ESSENTIELLE?
De nombreuses plantes sécrètent des substances chimiques odorantes via des cellules végétales spécialisées. Ces substances leurs servent notamment à se défendre contre les prédateurs et communiquer avec leur espèce et d’autres espèces avoisinantes. On peut concentrer ces molécules dites « aromatiques » dans une plante par distillation à la vapeur d’eau ou par expression de tout ou une partie de ses organes (racines, fleurs, écorce, etc.). On appelle l’extrait obtenu « huile essentielle », bien qu’il ne contienne pas de fraction lipidique. Le terme trouve son origine dans le fait que la plupart des huiles essentielles sont plus légères que l’eau et la surnagent comme de l’huile.

On a identifié à ce jour plus de 10 000 molécules aromatiques entrant dans la composition des huiles essentielles. Celles-ci peuvent etre composées majoritairement d'une seule molécule mais le plus souvent elles en contiennent de quelques dizaines à des milliers. Les propriétés de chaque molécule aromatique, leurs interactions et leur proportion relative déterminent l'usage thérapeutique d'une huile essentielle.
LES PRINCIPAUX COMPOSÉS ACTIFS HUILE ESSENTIELLE
Les huiles essentielles contiennent des centaines de molécules actives. Voici les principales familles de composés actifs:
Les terpènes (monoterpènes, sesquiterpènes, etc.): anti-infectieux, stimulants, anti inflammatoires, calmants
Les oxydes: expectorants, mucolytiques anti viraux, antiparasitaires, anti bactériens, anti fongiques
Les hydroxydes (alcool terpéniques, monophenols, etc.): stimulants, antibactiériens, antiviral, anesthesiants, fongicides, immunostimulants
Les phénols: antispasmodiques, antalgique, tonique, anti inflammatoire, anti bactérien, anti viral, anti allergénique
Les éthers: antispasmodiques, antalgique, antibactérien, stimulant digestif
Les aldéhydes (terpéniques et aromatiques) : calmant, anti-bactérien, cicatrisants, anti parasitaire, antiviral, anti inflammatoire, antifongiques, antiseptiques
Les cétones: calmantes, anti parasitaire, anti fongiques, antiviral
Les esters: spasmolytiques, sedatifs, anticonvulsivants, anti dépresseurs
Les lactones: anti infectieux, stimulant hépatiques, expectorant
Les coumarines: sédatifs, anticoagulants, antispasmodiques
NOTION D'ESPÈCE BOTANIQUE ET DE CHEMOTYPE
Cette notion est très importante car de la composition biochimique d'une huile essentielle vont dépendre ses propriétés. Or, une même plante, identifiée botaniquement, peut synthétiser des molécules différentes (en qualité ou en proportion) selon son environnement, ou biotope : le sol, l'altitude, les condition climatiques, son cycle végétatif également sont autant de facteurs qui vont influencer sa composition biochimique. On parle de chémotype pour désigner le profil biochimique d'une huile, c'est à dire les proportions relatives de ses composants. Avant d'employer une huile essentielle, assurez-vous qu'elle soit bien identifiée botaniquement (l'étiquettage doit indiquer le nom latin de la plante) et chimiquement (la mention "chémotypée" ou le nom du chémotype doivent également apparaitre).
MODE D’ADMINISTRATION
Les huiles essentielles peuvent être administrées de trois manières selon l’huile et l’objectif du traitement:
VOIE ORALE
Ingestion mélangée à un support. Ex : problèmes digestifs, infections virales tube digestif.
Attention: Toute utilisation d’une huile essentielle par voie orale doit impérativement faire l'objet d'une prescription par un professionnel de la santé. Certaines huiles sont toxiques par ingestion, et toutes peuvent devenir toxiques en cas de surdosage.
VOIE CUTANÉE
Application pure ou en mélange avec une huile végétale. Ex : acnée, asthme, contractures.
VOIE RESPIRATOIRE
Inhalation ou diffusion. Ex : infections sphère ORL, anti stress.
DANGERS ET PRÉCAUTIONS D’EMPLOI
Les huiles essentielles, bien que d’origine naturelle, contiennent des substances très actives et potentiellement dangereuses. Certaines molécules aromatiques ont des propriétés allergisantes ou hyper sensibilisante (ex : aldéhyde cinnamique dans l'HE de cannelle Cinnamomum zeylanicum), photosensibilisantes (ex : furcoumarines dans l’HE de citron Citrus aurantium), neurotoxiques (ex : cétones dans l'HE de ciste Ladanifère cistus ladaniferus) ou encore hépatotoxiques.

Les huiles essentielles doivent par conséquent être utilisées avec beaucoup de précautions. Avant toute nouvelle utilisation, il est indispensable de consulter un professionnel en aromathérapie, de préférence issu du corps médical, et de se documenter auprès de sources fiables. Les autres précautions d’usage recommandées sont :

1/ Respecter les prescriptions des professionnels en terme de dosage, fréquence et mode d'administration, durée du traitement. Si vous suivez un traitement médical, assurez vous qu’il n’existe pas d’interactions connues.

2/ Soyez particulièrement prudent en cas d'utilisation par des femmes enceintes ou des enfants. Beaucoup d’huiles essentielles ne sont pas indiquées dans ces cas. Vérifiez auprès d'un professionnel.

3/ Assurer vous que l'HE que vous utilisez est biochimiquement bien identifiées : nom botanique, origine et chemotype.

4/ Testez toute nouvelle huile essentielle en appliquant en goutte dans le pli de votre coude et en observant durant 24 à 48h afin de vérifiez que vous n'êtes pas allergique à l'un de ses constituants.

5/ Lavez vous bien les mains après toute utilisation.